Debat du mardi 27 septembre

Sciencenculte (debat du 27-09-2011)



Transcription du débat

Thème : L'instinct maternel existe-t-il?
Nombre de participant : 5
Dénomination des participants. A, B, C, D, E

 

Après introducion et définition de l'intinct maternel le débat commença avec la personne A.

Definition :

Du dictionnaire annalogique : du latin instinctus, impulsion, se dit d'une tendance innée commune à tous les individus d'une même espèce et adaptée à un but. Du dictionnaire Larousse : du lat. Instinctus, est une pulsion naturelle, intuitive, sentiment spontané.

 Maternek : tout ce qui est propre à la mère. Ici on a éssayé de l'étendre à la femme. Donc aux futurs mères.

 A : Tout dépend de ce que les femmes mettent après l'instinct maternel?

 B : Qu'est ce que tu mets derrière le mot existence?

 C : L'existence, euh... le besoin de survivre?

 B : Mais est ce que l'instinct maternel ça existe? C'est à dire qu'est ce qui requiert un comportement ou une caractéristique pour exister?

 C : Beh le sentiment au fait.

 B : Le sentiment? Ça voudrait dire que pour que l'instinct maternel existe, il faut qu'il soit ressentit par quelqu'un? Par exemple par une femme.

 C : Oui je dirais qu'il existe. Déjà moi j'aimerais savoir si l'instinct maternel n'intervient pas après le fait que tu aies un enfant?

 D : Non, c'est pas après, l'instinct maternel. L'instinct maternel pour moi il arrive au moment où tu te dis et es consciente d'être enceinte. Parce que le bébé de toute façon il n'existe qu'à partir du moment où on conçoit qu'il existe.

 A : Et pour toi c'est quoi l'instinct maternel?

 D : Là, tu pars beaucoup trop loin ! (ricannements)

 B : Attend on l'a déjà défini...

 A : Attends, après l'instinct maternel est très subjectif. Peut être qu'elle ne le conçoit pas pareillement. Et toi as tu l'instinct maternel?

 B : Déjà, moi je serais partis pour qu'on parle d'instinct parental! On parle d'instinct maternel parce que dans le règne animal, on voit beaucoup de mère squi s'occupent des enfants. Finalement est ce que l'instinct donc de s'occuper des enfants donc de l'instinct maternel et parental, c'est l'instinct de s'occuper des générations futurs sur le but de la survie. Dans ce cas là, on parlera aussi d'instinct paternel, par exemple le chef de meute fait tout pour protéger les femelles.

 C : C'est pour ça qu'on soulève la question d'instinct maternel. Parce que depuis longtemps on a vécu la chose comme ça. Même de nos jours, je n'entend pas parler d'instinct paternel. J'entend plus parler de patriarcat …

 D : ça existe ou pas l'instinct paternel dans le dictionnaire.

 B : Parce que les hommes n'auraient pas un instinct...un instinct …

 D : Je n'ai pas dit qu'ils en avaient pas; ce n'est pas pareil.

 B : Effectivement c'est vrai que le rôle des père est relativement recent. Donc la définition officielle n'a peut être pas été créée mais le dit.

 A : Mais pour toi c'est quoi?

 B : La définition au dictionnaire n'existe peut être pas. Mais ce n'est pas pour autant que le caractère n'existe pas.

 C : Je dirais que par caractéristique, la conscience collective n'associe pas l'éducation de l'enfant à l'homme. C'est automatique.

 B : On y va de plus en plus.

 D : De toute foçon l'homme il a la têche que la femme décide de lui laisser une fois qu'elle a accouché.

 A : C'est à la femme de s'imposer.

 D : C'est la femme qui va prendre tous les rôles à la base si tu veux. C'est elle qui accouche c'est qui l'a pendant neuf mois.

 A : Donc en gros c'est le père qui l'allège de quelques tâches?

 D : Voilà ! Le père il arrive après. Au début c'est un duo. C'est la mère et l'enfant. Le père il est là mais au début, il ne fait rien pendant la grossesse. Il va pouvoir aider sa femme, mais pour l'enfant concrètement ce n'est pas lui qui va le nourrir, c'est pas lui qui est relié.

B : Non, mais il y a des études qui ont dit que justement l'aide du père quand la femme est enceinte, ça joue sur l'enfant...

 A : ça joue sur l'enfant !

 B : ça joue sur l'enfant. Ne serait-ce que ça aide la femme au niveau du stress, donc son niveau de cortosol dans le sang qui permet un meilleur développement de l'enfant.

 A : Oui, mais c'est indirect.

 B : C'est toujours indirect. De toute façon le père à toujours joué un rôle indirect. En même temps il va défusionner la mère et l'enfant.

 

Là il y eu la définition du dictionnaire larousse.

 D : Oui mais du coup, il n y a pas écrit l'instinct paternel.

 C : Non.

 A : En même temps c'est moderne l'istinct paternel.

 D : Oui, c'était une simple question.

 B : De toute façon on peut remettre en question la notion d'instinct carrément.

 C : c'est surtout que l'instinct maternel, on le lie à ce sentiment de spontanéité. C'est à que quand l'enfant est en danger, elle le sent. C'est de là qu'est née le mythe de l'instinct maternel. C'est qu'on se disait que dès qu'il arrivait quelque chose, la femme le sentait. j'ai un grand doute déssus.

 A : Oui mais ça, est ce que ce n'est pas psychologique? Elle voit justement l'anticipation de ce truc ou …

C : Oui ! Mais même quand tu anticipes, cela ne veut pas dire que tu saura ce qui va arrivé à l'enfant. Dans ce cas ça voudrais dire...

 D : Dans ce cas il y a tout qui est instinct maternel. Par exemple on part en colo et il y a un gamin qui va marcher sur un mur, il y a un gros trou et c'est l'instinct maternel de savoir qu'il va tomber.

B : L'instinct maternel ça va être d'aller l'aider.

 D : Oui mais certainement. Maintenant en tant qu'animatrice ça veut dire qu'en clair on a l'insticnt maternel. Tout ces gamins sont là et on essaie de prévoir les dangers qui vont arriver et les faire être en sécurité.

 C : Dans ce cas, est ce qu'un garçon aussi ne pourrait pas le faire?

 D : Ah si , évidemment !

 A : Après l'instinct maternel c'est plutôt les gestes entre mère et enfant.

 C : Après, ça c'est le maternage; le comportement que la mère a avec l'enfant.

 B : Si on va parler d'instinct, c'est tout ce qui concerne la survie. Et donc tout ce qui concerne la survie de l'espèce, moi je ne vois pas pourquoi ça serait seulement donné aux femmes de garantir la survie de l'espèce.

 D : Bah le message est totalement d'accord que le père doit avoir le même truc quoi.

 B : Beh, ne serait-ce qu'au niveau philogénétique les femmes ont 10 mille ans d'avance sur les hommes par rapport à l'élèvement des enfants.

 D : Quoi que 10 mille, c'est gentil même ! Parce que ça ne fait pas si longtemps que ça que les pères s'occupent aussi de leur enfant.

 B : Non mais justement, les femmes ont 10 mille ans d'avance par rapport aux enfants , pas par rapport aux hommes. Après ce qui a été à la base un instinct biologique, basé sur la biologie ou une construction que ce soit sociale ou adaptative; je pense que les femmes sont naturellement mieux programmées pour élever les enfants. Après je pense qu'on peut aussi parler d'instinct paternel, mais dans les moindre mesures. Par contre les hommes on 10 mille ans d'avance sur les guerre. On en a vu le bout.

 A : Oui mais ça c'est aussi à cause des consensus. Parce que la femme elle a une image douce et tout, ça serait bien pour le bébé que ce soit une femme qui soit à ces côtés. Les hommes, si on leur avait donné une image douce, les rôles ce seront inversés.

 D : Après c'est la femme qui porte l'enfant.

 A : Oui! Ça crée un certain lien. Mais justement l'homme il pourrait compenser à la naissance.

 D : C'est pourquoi on demande aux hommes de couper le cordon ombilical. C'est une image totalement énorme. Ça veut dire que c'est lui qui coupe le lien réel qu'il y a entre l'enfant et la mère.

 B : Il y a des sociétés primitives où ce sont les hommes qui éduquent les enfants.

 D : Oui mais si tu veux, là on est dans la société occidentale, de plus en plus, les sages femmes, elles disent à l'homme de couper le cordon. Donc là on demande une image réel. C'est eux qui coupe le lien. C'est à partir de là que l'homme crée sa place entre le bébé et la maman. Et physiquement.

 B : Physiquement . En même temps avec Freud et la psychanalyse le ère il est là pour le même rôle. C'est à dire le père est celui qui met fin à tous les plaisirs et à tous les loisirs. C'est celui qui va interdire, qui va contraindre. C'est celui qui s'occupe de tout ce qui est sévérité. Donc à la limite. Finalement ça permet aux enfants d'acquérir le principe de réalité. C'est à dire tout est joli, tout est gentil, mais à un moment donné il va falloir que tu te bouges. Il y aurait donc un instinct maternel et un instinct paternel. Et chacun remplirait différente fonction.

 D : Mais au début, le père il va être là pour tout ce qui est loisir. Le père il entre en intéraction avec tout ce qui est des jeux dans la plupart des cas.

 B : Mais ce qu'il fait dans le jeu. C'est aussi pour destabiliser l'enfant. Alors que la mère elle est là pour rassurer.

 D : Ah oui! La mère elle se projette. Il y a une projection de la mère. L'enfant qu début il se voit dans le foetus de sa mère.

 B : On parle beaucoup de conduite parentale. Donc de la mère et du père. On sait que le comportement d'attachement de l'enfant dans les familles monoparental, se fait comme si le père était une mère . Finalement est ce qu'on est à un moment donné à la limite entre les deux.

 D : Ce sont les fonctions attendues dans le model dans lequel tu te conduis. Et du coup c'est la fonction. Après si l'enfant n'est quavec le père, le père il va jouer les deux fonctions.

 B : Finalement on mais une barrière alors que l'un des deux personnes pourraient totalement remplir la fonction des deux.

 D : Totalement !

 B : Là, l'instinct maternel serait aussi …

 D : L'instinct parental.

 B : Après elles ont des ans d'avance là.

 C : Après c'est peut être du au fait que dans les premiers mois d'alaitement, le père il ne peut rien.

 D : Maintenant, il y a de plus en plus de femmes qui n'allaitent plus leurs enfants. Donc après le père aussi pourrait le nourrir.

 C : Est ce qu'on ne pourrait pas dire après, que l'instinct maternel est quelque chose de social?

Parce que l'instinct maternel supposerait qu'une femme qui n'a jamais su ce que c'était que davoir une enfant à ces côtés pourrait s'occuper naturellement d'un enfant sans savoir quoi faire.

 B : Sur cette définition là je ne suis pas d'accord. On ne peut pas parler et dire qu'une mère sait forcément s'y faire avec son enfant. C'est à dire que c'est quelque chose de pré-rpogrammé qu'elle savent faire à un moment de leur vie quand elles ont un enfant. Or il y a beaucoup de disfonctionnement. Entre les mamans qui ne savent pas s'occuper des enfants, qui font des gaffes et j'en passe. Finalement, c'est un apprendtissage aussi. Donc on ne peut pas sire que c'est de l'instinct. Il y a tellement de disfonctionnement. Freud parle de mère castatrices. On parle de lien d'attachement disfonctionnel.

 A : Ah mais c'est peut être quelque chose de programmé.

 B : Un instinct c'est quelque chose qui est programmé. Oui mais n'exagérons rien. Pas totalement, du genre je suis une mère alors je sais forcément quoi faire.

 C : Donc tout le côté pulsionel, disons naturel pourrait être remis en question?

 D : C'est surtotu qu'ils parlent de mères suffisemment bonne.

 A : Je pense que ce qui est pulsionnel, c'est l envie de bien faire. Après dans le fait réel, il y a des enfants qui mettent leur bébé au risque. Il y en a qui les noient.

 D : Arrêté ! Regardez la video sur l'affaire Véronique Courgeole. C'est impressionnant quoi.

 A : Après là, on parle de pathologie.

 D : L'affaire Véronique Courgeole.

 C : Veronique ...Courgeole!

 D : Oui ! Celle qui mît ses deux enfants dans le congelateur. Et elle à faire croire que c'est un deni de grossesse alors qu'elle a deux enfants avant.

 A : C'est vrai que par rapport au deni de grossesse, l'instinct maternel on peut s'en débarasser.

 D : Mais ouis sauf que l'instinct non. Le deni de grossesse, c'est parce que tu ne veux pas être enceinte, parce que tu ne crée pas le lien. L'enfant il n'existe qu'à partir du moment où la femme veut qu'il existe. Parce que dans le deni de grossesse...

 A : A partir du moment où elle se rend compte qu'elle peut tomber enceinte.

 D : Non pas forcément ça. C'est vraiment...

 C : Elle le sait à partir de 14 ans normalement.

 D : Si tu veux après là, le deni de grossesse c'est non pas ... c'est l'idée quoi. Elle au bout d'un moment elle se disait qu'elle ne pouvait plus tomber enceinte donc elle a arrêté la contraception sachant qu'elle n'était même pas ménopausé. Alors forcément, si tu fais l'amour avec quelqu'un tu tombes enceinte. En fait elle même elle a effacé le lien avec son enfant. Pour elle ce n'était pas un bébé quoi qu'il arrive. C'est quelque chose d'autre. Et l'instinct maternel ne peut pas se créer tant que toi tu n'a pas le bébé. Donc l'instinct maternel dans le deni de grossesse il n'existe pas.

 A : Oui mais là, ça reste des pathologies.

 D : Ah oui! Oui, oui.

 C : Donc si on en croix les multiples exemples c'est à dire, les assaninats d'enfants par des mères, d'avortenement prématuré et du comportement disfonctionnel des femmes, l'instinct maternel n'existerait pas. Surtout que les hommes sont tout aussi capable de créer un lien...

 B : L'instinct maternel existe dans la société, c'est ce qui est socialement attendu, mais au niveau de la pulsion naturelle chez les êtres humains, donc de savoir s'occuper des enfants, là non, les exemples montrent que non, et les faits que ce soit reservé aux mères on en a démontré le contraire, donc pour moi ce serait non.

 Après, On fut d'accord sur ce dernier point; la conclusion de C et de B. On s'engagea dans un autre débat consernant la crise des trentaines.  

Mes remerciemments à tous ceux qui sont venus une fois de plus et qui ont permis à ce débat d'avoir lieu. Je remercie également ceux et celles qui on mis beaucoup 'enthousiasmes dans leur discours et à ceux et celles qui ont su mettre de l'ambiance. A mercredi le 12 octobre pour un nouveau débat. J'espère que nous seront nombreux à partager nos diverses opinions.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site